Fabrique de l’Art – Pôle de conservation et de création des oeuvres du Centre G. Pompidou – MS5

Massy
2210020
DATE DE DÉBUT DES ÉTUDES 2 mars 2021
SUPERFICIE 24 500m2 SU
NATURE DE L’OPÉRATION Réhabilitation
MAÎTRE D’OUVRAGE
Centre National Art et Culture Georges Pompidou
PARTENAIRES ASSOCIÉS
RLB / SQA
MISSION D’ALTO INGÉNIERIE

AMO Fluides.

PROGRAMME GÉNÉRAL

En 2025, le Centre Pompidou ouvrira à Massy une « Fabrique de l’art » dans le quartier Opéra. Un lieu qui abritera les réserves de 120 000 œuvres des collections d’art moderne, en partie ouvert au public.

Dans le cadre de son action territoriale, marquée par la volonté de partager le plus grand nombre d’œuvres avec le public le plus diversifié possible, le Centre Pompidou a souhaité concevoir un nouveau type de réserves, bénéficiant de toutes les conditions nécessaires à la préservation de son patrimoine et profondément innovant dans sa forme et son fonctionnement.

Le futur pôle de conservation et de création du Centre Pompidou accueillera également les réserves du musée national Picasso-Paris.

Rendu possible grâce au partenariat noué avec la Région Île-de-France, le Département de l’Essonne, la Communauté d’agglomération Paris-Saclay et la Ville de Massy, avec le soutien de l’État, le futur pôle francilien du Centre Pompidou, alliant conservation, création et présentation des œuvres, ouvrira en 2025.

Ce projet redessine également la ville et c’est le quartier Massy-Opéra qui va en bénéficier.

En effet, il s’agira notamment de déplacer et revisiter des équipements sportifs, pour les déployer dans le parc Georges Brassens.

Une conception architecturale et un fonctionnement durables

1.     Une conception architecturale durable

  • Veiller à l’intégration du bâtiment dans son environnement.
  • Concevoir un projet architectural et une approche paysagère répondant à des labels écologiques exigeants (Biodiversity, Biosourcés et des cibles HQE) voire en avance sur l’évolution du cadre légal.
  • Développer une attention particulière à la qualité de vie au travail et à la convivialité à travers des espaces de travail permettant les échanges et les rencontres, non seulement entre collègues pour favoriser la transversalité, mais aussi avec les publics, résultant de la porosité entre l’activité des réserves et la programmation culturelle.
  • Introduire des clauses de développement durable et sociales exigeantes dans les marchés liés à la réalisation et au fonctionnement des réserves.
  • Une modularité des espaces, capables de se transformer pour accueillir différents types d’évènements culturels

2. La responsabilité sociétale et environnementale

  • Repenser la temporalité des expositions dans une logique d’optimisation d’impact écologique et d’investissement sur les expositions.
  • Etudier l’opportunité de mener des démarches d’insertion de publics éloignés de l’emploi ou de valoriser l’emploi durable sur le territoire, en partenariat avec des acteurs franciliens (Pôle emploi, mission locale, …).
  • Favoriser les liens avec les établissements de formation sur le territoire afin de contribuer à identifier les talents et développer les savoir-faire (CFA, Lycée Pro,).
  • Investir à l’ouverture dans un système de scénographie modulaire et ré-agençable à l’infini (vitrines modulaires, cimaises et assises “légo” …)
  • Elaborer une méthodologie intégrant les principes de l’économie circulaire